51 ans passés c’est très important. Ce sont des générations d’artistes aussi divers que singuliers qu’on a vu défiler tout au long des 51 éditions. Tous, ont ramené au Festival un brin de joie, une note d’humour, des moments de réflexion et toujours, des moments intenses. Tout au long de ce demi-siècle, le festival a connu des moments de gloire, de magie et de doute.

Et si on pensait aussi aux 51 ans à venir et confirmait encore plus la nécessité de l’art et de la culture dans l’avenir du pays comme un fondement majeur de la société et de son identité, de plus en plus large et ouverte ?. Nous allons propulser l’art dans le futur. Penser, réfléchir et rêver de ce que l’art en Tunisie pourrait avoir comme avenir. Une sorte de mise au point par rapport aux formes diverses de toutes les disciplines et une invitation franche pour une action d’avant-garde. Agir aujourd’hui sur demain a toujours été l’action la plus noble de l’art.

Nous allons poser une seule question : « si on vous demande aujourd’hui de participer aux 51 prochaines éditions du Festival International de Carthage, qu’est ce que vous présenterez pour le public ? ». Sur le principe de « Tomorrow is Today ».